Avoir un projet professionnel : un élément de motivation crucial pour la persévérance scolaire des élèves

--

GrandesRencontres2013
Nous avons récemment été invités à nous exprimer sur les orientations prioritaires à adopter pour poursuivre l’augmentation du taux de diplomation des jeunes Québécoises et Québécois au cours des prochaines années. Cette consultation est en cours sur le sitePoursuivons, dans le cadre des Grandes rencontres sur la persévérance scolaire. Un travail colossal y a été fait par les experts qui ont participé à l’élaboration de 30 orientations éventuelles. Dans l’optique d’alimenter la discussion, nous voudrions ajouter notre point de vue, basé sur notre expertise. Nous pensons qu’un déterminant de la persévérance scolaire a été oublié et c’est celui du projet professionnel de nos jeunes.

Le 28 août dernier, les Grands Frères Grandes Sœurs du Canada et la Banque CIBC divulguaient les résultats d’une étude-choc. On y apprenait que 24 % des élèves du secondaire interrogés ne savent pas encore s’ils iront au cégep ou à l’université. Qui plus est, jusqu’à 20% d’entre eux n’ont pas de plan d’avenir concret.

Or, l’un des facteurs associés positivement à la persévérance scolaire est la certitude de l’élève quant à ses objectifs de carrière. Rien d’étonnant lorsqu’on sait que près de 40% des diplômés du secondaire n’ayant pas poursuivi d’études postsecondaires ont justifié leur choix par un manque d’intérêt ou d’objectifs de carrière. C’est aussi le cas pour près de la moitié de ceux ayant interrompu leurs études collégiales ou universitaires . Il faut dire que 75% à 85% des élèves entrent en cinquième secondaire sans avoir une idée précise de ce qu’ils souhaitent faire plus tard . Or, le manque de projet professionnel, ou comme l’appellent les experts « l’indécision vocationnelle » a été identifiée comme un facteur important d’échec scolaire .

L’importance de la motivation à l’école
De façon générale, lorsqu’on les compare aux élèves qui persévèrent, les décrocheurs scolaires ont souvent une attitude négative face à l’école, aux enseignants et à l’apprentissage. Ils sont aussi peu motivés à l’école. Or, la motivation scolaire est une variable clé pour prédire la réussite scolaire des élèves . Pourquoi? Plus les élèves s’engagent dans leurs tâches scolaires par plaisir et par choix personnel, plus élevés sont leurs taux de réussite et de persévérance à l’école. À l’inverse, plus ils vont à l’école par obligation, plus ils ont tendance à échouer ou à abandonner l’école. Favoriser la hausse ou le maintien de la motivation scolaire est donc crucial pour la persévérance scolaire.

Avoir un projet professionnel favorise la motivation à fréquenter l’école Est-ce que le fait d’avoir un projet professionnel peut contribuer à cette fameuse motivation scolaire? Il semblerait que oui, selon plusieurs recherches. On l’observe sur le terrain également. Par exemple, dans la tournée du Québec en cours de réalisation par le Secrétariat à la jeunesse, le besoin d’une meilleure orientation professionnelle revient quasi systématiquement dans les préoccupations des jeunes Québécois. Les initiatives et les services d’orientation professionnelle peuvent aider à diminuer les taux d’abandon scolaire ainsi qu’à stimuler les aspirations et les réalisations personnelles des jeunes.

Plus près de nous, une équipe de chercheurs de l’Université du Québec à Montréal a évalué en 2005 et 2006 les effets du cybermentorat sur la motivation des élèves du deuxième cycle du secondaire. Au total, 813 élèves âgés de 16 ans ont participé à la recherche. Les résultats sont éloquents : le fait d’être en contact avec un cybermentor contribue à augmenter la motivation scolaire chez les élèves. D’autres recherches ont montré que les mentors permettent aux jeunes de mieux connaître le monde du travail, de valider leurs perceptions et d’apprendre à partir du témoignage d’une personne qui fait un métier tous les jours . Ce soutien aide les élèves à passer d’une aspiration professionnelle qui peut être plus ou moins bien définie ou réaliste, à un projet professionnel qui a du sens pour l’élève et qui est engageant . D’ailleurs, l’étude réalisée pour les Grands Frères Grandes Sœurs du Canada, corrobore les résultats obtenus avec le cybermentorat, puisqu’elle montre que 88 % croient que les étudiants qui ont un mentor sont plus susceptibles de réussir que ceux qui n’en ont pas.

Les Grandes rencontres de la persévérance scolaire arrivent à grands pas, début novembre. Il serait important pour nous tous d’y discuter de l’importance de la motivation chez nos jeunes et plus spécialement de l’importance d’avoir un projet professionnel. Ce facteur pourrait s’intégrer aux principaux déterminants de la persévérance scolaire et influencer positivement plusieurs d’entre eux. Nous serons assurément sur place lors des GRPS pour continuer la discussion avec vous tous.

D’ici là, n’hésitez pas à alimenter la discussion sur#Poursuivons
Catherine Légaré, présidente fondatrice
Sources :
[1] Un étudiant du secondaire sur quatre est indécis par rapport aux études collégiales ou universitaireshttp://www.newswire.ca/en/story/1216115/un-etudiant-du-secondaire-sur-quatre-est-indecis-par-rapport-aux-etudes-collegiales-ou-universitaires

[1] Grayson, J-P., et Grayson, K. (2003) Les recherches sur le maintien et la diminution des effectifs étudiants, Montréal, FCBEM.

[1] Berger, J. et Motte, A. (2007) L’accès aux études postsecondaires : surmonter les obstacles. Options Politiques, novembre 2007, p. 1-6.

[1] Beaucher, C. (2004). La nature du rapport au Savoir d’adolescents de cinquième secondaire au regard des aspirations ou projet professionnels. Doctorat en sciences de l’éducation. Montréal : UQAM

Conseil supérieur de l’Éducation (2002). Au collégial, l’orientation au coeur de la réussite. Québec : Gouvernement du Québec.

[1] Larose, S., & Roy, R. (1992). Modélisation de l’intégration aux études collégiales et des facteurs de réussite scolaire chez les nouveaux arrivants à risque. Rapport de recherche. Sainte-Foy : Cégep de Sainte-Foy.

[1] Vallerand, R. J., Fortier, M. S., & Guay, F. (1997). Self-determination and persistence in a real-life setting: Toward a motivational model of high school dropout. Journal of Personality and Social Psychology, 72, 1161–1176.

[1] Cardinal, A. (2010). Évaluation du cours Projet professionnel d’orientation, Mémoire de maitrise. Université Laval.

[1] Mc Mahon, M., Limerick, B., & Gillies, J. (2004). « Mentoring as a Career Guidance Activity : Fostering Non-Traditional Career Exploration for Girls ». Canadian Journal of Career Development, 3 (1), 5-11.

[1] Beaucher, C. (2006) Souffler sur les « étincelles d’intérêt » des adolescents pour que le feu de la passion prenne. Vie Pédagogique, no. 139 avril-mai 2006, p. 47-51.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification
avatar

wpDiscuz
Merci à nos partenaires