Pour une école du 21e siècle créative, ouverte, personnalisée, numérique et orientante

2 min
0%
Par Guillaume Saloin, le 22 novembre 2016

Pour une école du 21e siècle créative, ouverte, personnalisée, numérique et orientante

22-11-2016-blogue_catherine_ecole

Déterminées à rendre l’école plus innovante et personnalisée, mon équipe et moi venons de déposer notre mémoire dans le cadre des consultations publiques sur la réussite éducative « L’Éducation, parlons d’avenir ».

En préparation de ce document nous avons consulté notre communauté de jeunes utilisateurs, et effectué une veille stratégique en matière d’éducation, d’emploi, d’utilisation du numérique par les jeunes et de méthodes d’interventions innovantes. En voici les principaux constats :

L’école du 21e siècle idéale serait innovante et personnalisée.

  • En 2016, l’école est importante pour les Québécois, mais elle est aussi remise en question. Plusieurs décrivent l’école comme si elle était demeurée au 20e siècle.
  • Elle encouragerait la créativité, l’expérimentation et la prise de risque, la diversité et la collaboration. La formation professionnelle serait tout aussi valorisée que les études universitaires, dans le respect du potentiel et des passions de chacun.
  • La place du numérique serait importante pour réellement intégrer les technologies dans la vie des apprenants, des citoyens et des futurs travailleurs et leur permettre à chercher et à choisir de l’information, à prévenir la cyberintimidation, à prendre conscience du respect de la confidentialité et du pouvoir des mots.

Nos recommandations

Avec la consultation en cours, le gouvernement souhaite favoriser l’atteinte du plein potentiel de tous les enfants et adapter l’école aux réalités du 21e siècle. En ce sens, voici nos principales recommandations :

  1. Prioriser l’accompagnement en orientation scolaire et professionnelle et favoriser les actions concertées et les pratiques dont les impacts sont montrés par des recherches.
  2. Favoriser l’application de pratiques qui tiennent compte des caractéristiques des générations Y et Z, notamment leur besoin d’expérimenter in situ et l’utilisation des technologies qui permettent une rétroaction immédiate et personnalisée, plutôt que d’utiliser des approches à caractère académique ou théorique.
  3. Intégrer aussi souvent que possible l’utilisation des technologies dans l’éducation primaire et secondaire, en se basant sur les principes reconnus par les experts, par exemple ceux de Déclaration de Qingdao.
  4. Favoriser le mentorat professionnel, l’expérimentation des métiers, ainsi que le développement des réseaux professionnels des jeunes dans le but d’atténuer le « choc de la réalité du monde du travail » vécu par de nombreux jeunes.
  5. Encourager la participation directe des employeurs et des travailleurs dans la promotion des métiers de la formation professionnelle en misant sur des projets et organismes qui offrent déjà des services en ce sens. Inciter ces organismes à collaborer avec le milieu scolaire afin de complémenter les interventions qui y ont déjà cours.
  6. Miser sur des moyens d’action et des campagnes de sensibilisation qui remettent au cœur du message l’authenticité du choix de la formation professionnelle, de même que les intérêts des jeunes et leurs passions en lien avec les métiers de la formation professionnelle.

Consulter le mémoire.

signature-catherine-legare

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification
avatar
wpDiscuz