10 questions à poser à une programmeuse Game Play

5 min
0%
Par Ornella Tannous, le 18 juillet 2019

10 questions à poser à une programmeuse Game Play

Mentore sur Academos depuis peu, Anita Haurie se passionne pour la programmation et plus précisément pour la programmation en jeux vidéo. En poursuivant cette passion cultivée depuis toute jeune pour les jeux vidéo, elle a pu renforcer son intérêt pour le domaine dans lequel elle travaille maintenant. Suite à un stage durant ses études, elle a décroché une job chez Ubisoft, où elle travaille à temps plein depuis un an comme programmeuse gameplay.

La programmation de jeux vidéo t’intéresse? 

Parle avec un mentor

1. Plus jeune, quels étaient tes intérêts et passions?

Je joue aux jeux vidéo depuis assez jeune : je suis la plus jeune de trois sœurs et je copiais toujours ce que mes grandes sœurs faisaient. J’ai grandi avec la Nintendo 64 et les jeux de Mario, Zelda, Pokémon, les jeux de course… À l’école, j’ai toujours aimé mes cours de maths et de sciences, mais je n’avais jamais fait le lien entre ça et mon intérêt pour le jeu vidéo !

2. Et actuellement, en quoi consiste ta job?

Il y a quatre types de programmeurs en jeu vidéo :

  • Les personnes qui codent l’interface utilisateur et qui travaillent sur les menus et tout ce que tu vois sur ton écran, comme ton radar, ton compas, le nombre de vies qu’il te reste;
  • Les programmeurs qui travaillent sur le personnage principal et les contrôles sont ceux qui décident comment les boutons de la manette réagissent : comment le personnage se déplace;
  • Les programmeurs Intelligence Artificielle, eux, travaillent sur tous les personnages dans le jeu que tu ne peux pas contrôler, comme les ennemis ou tes alliés;
  • Et enfin ce que moi je fais! Les programmeurs gameplay s’occupent de tout le reste : créer les systèmes d’inventaire, coder ce que font des items comme des potions magiques par exemple. Ce sont eux qui programment les phénomènes climatiques comme la température et autres. En résumé, c’est tout ce qui est dans le monde, excluant les trois aspects cités plus tôt.

3. Te voyais-tu faire ce métier?

Pas du tout ! Je ne pensais ni à la programmation ni au jeu vidéo !

Je pense que c’est parce que je n’avais pas du tout été exposée à ces métiers à l’école. J’aimais beaucoup y jouer, mais je ne pensais pas que ma passion pouvait devenir mon métier futur. J’étais d’abord passionnée de l’espace, et j’adorais les maths et la physique, donc j’ai étudié en génie en pensant travailler dans ce domaine. Finalement, je suis tombée par hasard sur la programmation, et ça a été le coup de cœur ! Je suis super contente d’avoir trouvé une job qui me passionne autant !

4. Comment es-tu devenue Programmeuse Game Play? Quel a été ton parcours?

C’est arrivé un peu par hasard. J’ai fait mon Cégep en sciences pures et appliquées. Lors de ma première session, un prof de physique nous a recommandé de suivre un cours de programmation optionnel.

Quand j’ai fait le cours de programmation, j’ai vraiment eu un moment “WOW”! J’ai fait ma première session universitaire en génie électrique (avant, je voulais aller en astrophysique) puis j’ai transféré en génie informatique, parce qu’aucun de mes cours ne me stimulait comme mon cours de programmation.

Après ma première année, j’ai appliqué pour un stage chez Ubisoft, parce j’ai toujours aimé les jeux vidéo. C’était tellement le fun que j’ai enchaîné avec deux autres stages chez eux et j’y ai commencé ma carrière après avoir fini l’école. Ce n’est aucunement le parcours auquel je m’attendais, mais je suis super contente d’être où je suis !

5. Quelle est la chose qui t’a le plus marqué dans ton parcours?

Je dirais que ce sont les petits hasards qui ont dû se produire pour me mener où j’en suis.

Par exemple, j’ai « touché » à la programmation parce qu’un prof de Cégep nous a suggéré de nous inscrire à un cours de programmation.

Ensuite, je suis allée en génie dans le but d’aller en astrophysique. C’est en faisant ce bac que je suis tombée sur l’offre de stage d’Ubisoft. J’ai appliqué parce que j’ai toujours été fan des jeux vidéo, mais sans trop d’espoirs. Finalement, j’ai eu le poste et j’ai découvert une nouvelle passion. Bref, je ne suis vraiment pas partie avec l’idée de devenir programmeur dans le domaine du jeu vidéo, mais je suis très contente d’être « tombée » dedans !

6. Pourquoi avoir choisi le domaine du jeu vidéo comme domaine de spécialisation?

Je suis arrivée dans le domaine du jeu vidéo un peu par hasard. J’ai toujours aimé y jouer, mais je ne pensais pas un jour travailler dans l’industrie. Simplement parce que je me disais que c’était beaucoup trop cool, que tout le monde voulait faire ça et que je n’aurais aucune chance. Quand j’ai eu mon premier stage chez Ubisoft, j’ai capoté ! Maintenant, je réalise que je travaille dans un domaine qui m’a toujours intéressé, bien qu’il m’intimidait au départ, et j’en suis vraiment contente.

7. Qu’est-ce qui te fait le plus triper dans ta job?

Ce que j’aime le plus de mon travail, c’est de pouvoir voir des résultats tangibles immédiatement. J’écris du code, je presse sur play, et je peux voir mon travail en action ! Je trouve ça super motivant. Je n’avais jamais vraiment pensé lorsque je jouais, que quelqu’un avait codé tout ce qu’on peut faire dans le jeu et tout ce qui se passe autour de notre personnage, donc je trouve ça fascinant maintenant d’être une de ces personnes !

8. Si tu n’avais pas été programmeuse, quel autre métier aurais-tu choisi?

J’aurais aimé être astrophysicienne. Je voulais vraiment étudier dans ça, je me voyais plus une fille de recherche, mais finalement, maintenant que j’ai ma job de rêve, je suis contente d’être tombée là où je suis tombée.

9. As-tu eu ou bien as-tu encore des mentors? Pourquoi?

Disons que j’ai eu des modèles, des personnes qui m’inspirent, certaines par leur façon de communiquer et de gérer les relations de travail, d’autres par leurs habiletés techniques. C’est motivant pour moi de travailler avec ces personnes, ça me donne des buts clairs dans mon évolution professionnelle. C’est très important d’avoir des modèles et mentors, pour voir comment s’améliorer et pour s’inspirer de leurs parcours et de leurs expériences.

10. Quels conseils donnerais-tu aux futurs programmeurs et programmeuses en jeux vidéo?

Pour celles et ceux qui sont un peu intéressés par la programmation ou le jeu vidéo, je dirais d’essayer ! J’aurais eu un parcours différent si je n’avais jamais essayé la programmation. Ça peut paraître intimidant, mais il y a plein de ressources en ligne ou à la bibliothèque pour apprendre seul si ce n’est pas offert à l’école. Se trouver un mentor dans un domaine qui nous intéresse à qui on peut poser des questions, ça ne peut pas faire de mal non plus !

Tu as plus de questions pour Anita? Contacte-là directement sur Academos!

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Notification