X
    Categories: Entrevues

10 questions à poser à un gamer

Pour se rapprocher du métier de ses rêves, Théophile Gorisse a choisi le programme en techniques de l’informatique – programmation en jeux vidéo du Collège LaSalle.

Ce choix est d’autant plus judicieux que Montréal est une plaque tournante pour l’industrie des jeux vidéo, avec des compagnies comme Ubisoft et Ratloop Games Canada qui y ont leur siège social. De plus, le Collège LaSalle et le Collège Inter-Dec offrent quatre nouveaux programmes en jeux vidéo (programmation en jeux vidéo, création 3D pour jeux vidéo, modélisation de jeux vidéo et design de jeux et de niveaux).

Academos lui a posé dix questions auxquelles seul un gamer peut répondre.

1. Le premier jeu vidéo qui t’a impressionné?

Ce serait mon tout premier jeu vidéo: DOOM. Je suppose que c’est dû au facteur wow d’un premier jeu vidéo assez violent, c’était le premier jeu FPS (First Person Shooter) que j’essayais. Moi j’avais vécu ça comme une superbe expérience!

2. Un jeu vidéo que tu aurais aimé inventé?

J’aime beaucoup les jeux qui ont des histoires intégrées dans le jeu, tel que Mafia II par exemple, parce que tout tourne autour d’une histoire. J’ai l’impression que c’est un film dans lequel je participe.

3. Le jeu qui t’a posé le plus gros challenge?

En toute modestie, il n’y en a pas tant que ça! Mais je dirai que Guild Wars m’a fait pas mal réfléchir, car il avait beaucoup de différents défis que j’ai relevés étant donné que j’aime bien réussir à me surpasser.

 

 

4. Trois choses que tu aimes le plus des jeux vidéo?

  • Tout d’abord, l’histoire qui est racontée est l’aspect le plus important à mes yeux.
  • Ensuite, les mécaniques de jeux (c’est à dire tout ce qui est produit par le design de jeux et niveaux) constituent la deuxième chose qui rend le jeu plaisant.
  • Puis finalement, l’évolution du personnage dans le jeu. Dans le jeu World of Warcraft par exemple, c’est le joueur qui décide lui-même de l’évolution de son personnage.

5. Deux choses que tu aimes le moins des jeux vidéo?

  • J’avoue que je n’ai pas trop d’affinités pour un jeu dans lequel il n’y a pas d’évolution (je pense notamment à Call Of Duty) c’est le fun, mais ça ne varie pas beaucoup au niveau des graphismes, des personnages…c’est ennuyeux.
  • Je trouve également que les jeux où tu dois payer pour accélérer ta progression, ça brise les écosystèmes et c’est discriminatoire; ça tue la créativité au niveau du jeu.

6. Une chose qui pourrait révolutionner le monde des jeux vidéo?

À mon avis, la réalité virtuelle constitue le futur des jeux vidéo: imagine ça, être dans le jeu auquel tu joues!

 

7. Dans quels jeux aimerais-tu vivre?

Ce serait comme avoir une médaille à deux tranchants, car les mondes des jeux vidéo sont aventureux, mais également dangereux. Idéalement, j’aimerais vivre dans un monde fantastique tel que celui de Guild Wars: il y a de la magie et l’histoire m’interpelle. Simplement dit, ce jeu a une place spéciale dans mon coeur.

8. Est-ce que tu habites dans le sous-sol de tes parents?

Pas du tout. Mes parents n’ont pas de sous-sol!

J’ai mon appartement où j’habite avec ma blonde qui elle aussi est adepte de jeux vidéo (moins que moi, mais c’est le fun pareil).

9. Un jeu qui, tu trouves, ne mérite pas tout le bruit qu’on lui accorde?

Des jeux comme Fortnite-Battle Royal sont agréables à jouer, mais ce sont plutôt des modes de jeux (des personnes qui jouent les uns contre les autres); ils ne sont pas vraiment représentatifs du monde des jeux vidéo.

10. À quels jeux as-tu hâte de jouer?

J’ai hâte de jouer à un jeu qui s’appelle A Way Out: c’est un jeu coopératif qui se joue à deux, dans lequel vous devez réussir votre évasion de prison et ensuite réussir à rester en liberté. Vous devez réellement concevoir une stratégie et travailler ensemble. C’est un jeu qui requiert de la réflexion!

Sais-tu qu’Academos a des mentors tellement passionnés par les jeux vidéo qu’ils en ont fait leur métier ? Contacte André, Roxanne ou Nicholas, ils répondront à toutes tes questions concernant leurs parcours !

Ornella Tannous :